UNE CHAMBRE À MIAGE de PIERRE-ELIE

Publié le par juliette


Une chambre du souvenir

Dans un chalet à Miages :

....Au fond de la pièce, presque invisible dans la pénombre s'élève une échelle de meunier qui semble pénétrer le plafond de sapin. Tout en haut, on découvre une porte vite construite en planches mal ajustées au travers desquels filtrent de multiples rais de lumière. On la pousse, elle ne grince pas :
Voilà la chambre. Basse toute habillée de bois légèrement orangé et encore odorant. Le sol est de vieilles et larges planches non rabotées à la teinte grisâtre.
Ce qui étonne ici c'est le lit immense qui donne à penser que dormir ou aimer est essentiel en ce lieu, il ne laisse autour de lui qu'une façon de couloir pour se déplacer.
La fenêtre est minuscule mais étonnamment lumineuse à tel point que les yeux souffrent à la fixer.
Partout sur des étagères soutenues par des cordes d'escalade rappelle que c'est la châlet d'un guide (ces cordes  souples et colorées  que j'aime tant caresser et tordre dans mes doigts pour en apprécier la résistance. Chaque fois je m'imagine pendu à l'une d'elle, dépendant totalement de  ces fils multicolores qui semblent chacun si délicat).
Elles supportent difficilement et en se pliant des livres qui semblent d'autant plus lourds qu'ils sont remplis d'images de montagnes, de toutes les montagnes du monde.
A droite, un grand cadre doré où une multitude de petites photos se recouvrent en partie. Elles sont surtout en noir et blanc ,parfois toutes grisées, souvent jaunâtres, de-ci, de-là  quelques clichés en mauvaises couleurs. Mais on ne s'arrête pas à ces considérations, et l'on ne voit sur chacune que cet homme  grand, solide, comme armé de ses cordes, de son sac et de son piolet, regardant de ses yeux bleus chaque fois une montagne différente, toutes celles des livres sur les étagères. C'est le même magnifique, doux et maintenant vieux guide  qui m'a donné les clés du chalet.
A gauche, de l'autre côté de la porte, un autre cadre de bois sombre avec une seule grande photo. Un homme jeune  au regard si clair qu'il en paraît presque blanc, un regard volontaire, presque trop, comme un peu fou.
C'est le fils du guide, guide lui-même mort en montagne. Cette chambre ressemble un peu à une chapelle dédiée à son souvenir et seul mon sac à dos posé sur la table semble dire que l'on peut encore y vivre et y dormir.

Piere-Elie Benoit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Azalaïs 02/11/2007 18:08

Inquiétante cete chambre avec ces cordes et ces piolets ! Je n'y serais pas tranquille ! Pourtant l'endroit ma plairait bien ! Au début, j'ai pensé à la chambre de Heïdi qui m'a toujours fait rêver !

Mahina 01/11/2007 10:23

Cette chambre d'un guide...Je pourrai la faire mienne....

camomille 31/10/2007 22:07

Une chambre de montange emplie de souvenirs..  Elle peut paraître froide là haut dans la montagne mais la chaleur de l'âme montagnard  est là !...

ABC 31/10/2007 21:30

Chambre de guide, le bois qui dit la montagne, la corde qui unit en montagne, les photos qui rappellent la montagne, les livres qui parlent de la montagne.... J'ai connu un vieux guide qui aurait pu habiter cette chambre là !