MOUNETTE

Publié le par juliette b




Ma  Mounette n’est plus, ma douce, ma tendre, ma fidèle, ma merveilleuse au regard d’or, ma belle chatte de gouttière trouvée un jour dans une boîte de carton !
    Tu n’iras plus l’été te rouler au soleil sur la plaque du puits, ni t’allonger heureuse dans l’ombre bleue des nepetas. Tu ne guetteras plus le « tuit, tuit » lancinant du verdier, cachée sous l’hortensia ou dans la jungle verte des coloquintes en fleurs. Je ne te verrai plus piquer ton petit sprint à travers la pelouse et revenir me voir aussi fière et cambrée qu’une danseuse de Flamenco ! Je vais attendre en vain le tic tic de tes pattes effleurant le plancher, le bond si prévisible sur le rebord du lit, les petits coups de tête sur la tranche du livre jusqu’à ce que je te fasse une place dans le  creux de mes bras. Tu posais ta tête sous mon menton et je continuais à lire en écoutant le murmure apaisant de ton ronron discret. Parfois, je refermais le livre et m’absorber dans le spectacle de cet abandon m’apportait une quiétude immense.
    Je te rêve partout : sur les marches de l’escalier, ta tête me surveillant à travers les barreaux, derrière la porte vitrée de la cuisine qui donne sur le jardin, dans la cagette des chaussettes, sur le rebord du bassin où tu observais les poissons pendant des heures, sur le coussin du fauteuil où tu m’attendais patiemment tous les soirs …
    Je garderai toujours l’empreinte de ce regard plein de confiance et d’absolue tendresse. Je le verrai partout, sans fin éparpillé dans la lumière du matin, le tournoiement des hirondelles, l’odeur de la lavande, la chaleur accumulée par les tuiles de l’allée, le labyrinthe des planches qui séparent les carrés de légumes et que tu suivais scrupuleusement de ton pas de félin.
    Je sais que certains doivent nous trouver stupides, indécents peut-être de pouvoir parler ainsi d’un animal, de le pleurer autant, mais ça m’est complètement égal. Ils peuvent penser ce qu’ils veulent, je m’en moque! Il y a longtemps que je trace ma route, que j’ai réglé mon pas sans me préoccuper du jugement des autres et je suis tout à fait certaine que beaucoup d’hommes auraient beaucoup à apprendre du comportement animal !
 Ce qui va par contre me poser question pendant très très longtemps, c’est cette force qui m’a poussée à choisir de façon aussi prompte la solution finale ! Nous n’étions pas du tout venus pour cela, juste pour savoir  et pourtant cet homme a su trouver les mots pour nous montrer la voie de la raison. Depuis, je n’en finis pas de questionner mon mari pour qu’il me répète encore et encore comment les choses se sont passées, comment j’en suis arrivée là.
    Tu dors près de la vigne où nous aimions nous installer toutes les deux les jours de grand soleil. J’ai planté dans la terre une branche de rudbeckia qui fleurissait encore, symbole d’un été qui ne veut pas mourir ! J’espère qu’elle y prendra racine, ce sera pour moi un signe de pardon. J’aimerais tellement croire Walt Whitman quand il dit : « Je suis arrêté quelque part et je t’attends ! »



Publié dans vos poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci à toutes les quatre, la mort est toujours tellement difficile à accepter ! Et puis nous ne nous y attendions pas du tout ! Elle était  comme tous les animaux si  confiante , si aimante!
Répondre
B
Répondre
L
iL  y a 2 ans, je suis rentrée en France pour 15 jours, compliquée d'emmener ma chatte alors je l'ai laissée en pension et quand je suis rentrée au Maroc, il l'avait laissé s'échapper...2 ans après, culpabilité et tristesse sont toujours là...J'ai écrit un poème quand elle était là et un après...
Répondre
I
je suis de tout coeur avec toi, ça fait si mal la disparition d'un animal que l'on aimait.
Répondre
M
Il n'est pas le seul à dire que les êtres qui se sont connus se retrouvent plus tard. Peut-être peux-tu croire Walt Witman sans trop craindre de te tromper ?Mon mari pleurait quand nous avons enterré notre chienne dans le jardin, sous un arbre où elle venait souvent faire la sieste ou seulement rêver. Juste avant de mourir, comme je tentais de la faire boire, elle s'est soulevée et a bu un peu, avec un gros effort, et j'ai senti que c'était juste pour me faire plaisir.Voilà, c'était juste pour te dire que nous sommes certainement beaucoup qui comprendrons ce que tu éprouves. 
Répondre