DE STAEL vu par CLAUDE

Publié le par juliette b.


 
 La contemplation d'un ciel violent, efface la tristesse...
 
Si simple et lointaine dans sa posture oblique
Alanguie sur son lit  blanc
Glacis de ce corps bleui
Sous les paupières closes
Perce le ciel rouge, aube-colère
Bouge ! Crie-t-elle
Se redressant, légère, marche sur les  vagues blanches,
Glisse vers l’aurore rougeoyante
Laissant on ne sait comment
Se détacher la mélancolie.

Claude
http://revesetecrituresdalice.over-blog.com
 

Publié dans Claude

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

claude 25/02/2009 16:39

merci, il y a peut-être une autre vérité du tableau, sans doute, je ne la connais pas :-(

ABC 25/02/2009 09:35

Tout est dit, la couleur, la femme, la poésie et même la mélancolie !