AUJOURD'HUI QUAND JE PARLE D'AMOUR de CATHEAU

Publié le par beaudroit_juliette

 

Dans l’herbe.

 

Tout au-dessus de moi le ciel bleu se balance

Nuages à la renverse

Tel un grand Gulliver dans les fils de la Vierge

Je suis enchevêtrée

J’entends forer la taupe aux profonds souterrains

De son museau pointu

Grignoter l’écureuil dans le cèdre bleuté

De ses petites dents

Les verts palmiers en pots vibrant dessous le vent

Font un bruit de baguettes

En canons infinis les oiseaux se répondent

Chanteurs invisibles

Potentat des pierrailles étincelle grisée

Un lézard se faufile

Tout à l’aplomb du toit un ramier me surveille

En libre geôlier

Indiscrète et véloce une fourmi titille

Les ailes de mon nez

Je respire la terre et sa senteur d’humus

Parfum d’éternité

Le soleil immobile emprisonne de flamme

Tout mon corps engourdi

Le pic-vert a tapé sur le bois de mon cœur

Qui sursaute étonné

Les grenouilles coassent en se gaussant de moi

Quoi Quoi Quoi

Le nez dans la verdure et le bel aujourd’hui

Je te parle d’amour

Et l’herbe tend l’oreille

 

 Catheau

 ex-libris.over-blog.com

 

 

Publié dans Catheau

Commenter cet article

Catheau 11/06/2012 10:13


Merci de sa visite au danseur de tango.

Fred Milongeroz 05/06/2012 19:47


A lire votre poème, on est étalé à la tombée d'une nuit d'été, la nature chante pour nous, et notre âme danse au milieu de son mystère.


C'est moi qui vous doit une motivation: vous remerciant de franchir la passerelle qui vous conduit à nous rejoindre sur la frégate!


 


Bienvenue à bord du Sarmiento

valdy 29/05/2012 23:03


Oh comme j'aime cet inattendu

Catheau 29/05/2012 22:44


Merci, Suzâme, de me relire ici.

Suzâme 29/05/2012 21:11


Trop heureuse de lire votre poème si vivant que je me crois allongée dans l'herbe. Etre se conjugue mieux en poésie que dans les livres. Il dit dans tous les sens du rêve et des réalités,
j'existe. A bientôt. Suzâme