GEISHA de VALDY

Publié le par beaudroit_juliette





Nakamura San, la fille du Saule et des Fleurs
 
Elle ignore le fard blanc destiné à ses sœurs les Geishas, car la neige soyeuse et chaude de sa peau a toujours été préservée du soleil.  Il me semble que  Nakamura San a reçu des kamis de la rivière Sumida, la fluidité de sa chevelure et,  lorsque sous mon regard ébahi, celle-ci se répand bien au-delà de ses hanches, il me faut la démêler. Je divise alors le flot enivrant de part et d’autre de sa tête, enchâssant les noires colonnes de ses cheveux sous de lourds peignes. A ce moment-là, je pleurerai pour elle, car je les emprisonne dans une cage d’or, de perles et de bois.  J’apprends l’art du maquillage à l’aune de ses yeux et,  lorsque le doux bombé de ses paupières s’abaisse, je devine en dessous la noirceur de son iris. C’est dans ce noir si précieux, pareil à la meilleure encre, que les hommes se risquent s’ils demandent son regard. Aujourd’hui, dans le « jardin des mousses » elle a chanté, seule. Agenouillée sur une courtepointe chamarrée, à l’ombre d’une tenture, elle a conté, retenant sa peine, l’histoire des amants séparés de Kyôtô. Nakamura San est une vraie fille du Saule et des Fleurs, dévouée entièrement à l’Art, le moindre de ses geste nous fait prendre conscience de l’instant présent. Pour sortir, je l’avais aidée à revêtir le kimono de la troisième saison « l’été après l’été ». J’avais relevé sa chevelure et le col de celui-ci s’ourlait d’une courbe écarlate, sur la soie, des grues semblaient prendre leur envol. Sa nuque audacieuse que j’avais ornée de poudre de riz était arquée comme la corde tenue dans la main de l’archer. Je vis alors ses doigts ciselés qui tremblaient et, sur chacun d’eux, comme des pétales de prunier cristallisés dans le givre, ses ongles cassés …

VALDY

 

valdy.over-blog.com

Publié dans VALDY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

adamante 21/09/2011 00:13



La fin me fait toujours cette impression de fêlure, d'abîme masqué par le maquillage.



Catheau 31/08/2011 18:17



Un magnifique portrait, tout à la fois réaliste et poétique, dont la beauté du personnage est rehaussée par la chute du texte, avec le subtil détail des ongles cassés.



Catheau 31/08/2011 18:10



Un magnifique portrait tout à la fois réaliste et poétique, dont la beauté du personnage est rehaussée par la chute du texte avec le subtil détail des ongles cassés.