KAIRN d'ARTHEMISIA

Publié le par beaudroit_juliette

A la  femme abusée

 

 

 

Ils empilent des pierres, phalliques et agressives pour dire, je suis là, je règne sur cette terre, regardez-moi !

Obélisque de mâle, tu déchires le ciel !

Babel !

Ils ne comprennent pas qu’à côté de leur monde vivent des rondeurs douces qui attendent la caresse et sont lasses de l’arrogance pointée sous leur tendre jardin.

 

La pierre reste un langage. Elle fait les jetées, les maisons, les cheminées.
Mais elle fait aussi les fausses fiertés qui assurent des puissances au sourd et à l’aveugle. A celui qui lapide.

 

Et  l’Amour, faute de mots, passe silencieusement derrière les images de l’homme rassuré.

 

© Arthémisia

http://corpsetame.over-blog.com/

 

 

 

 

 

Publié dans Arthémisia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Arthémisia 14/06/2011 18:18



merci de votre lecture Sagahna.



Arthémisia 14/06/2011 18:17



@ ABC : encore faut-il avoir de l'esprit....



sagahna 14/06/2011 15:13



J'aime bien ce poème


cela fait une éternité que je suis venu visiter ce blog !!


 



ABC 05/06/2011 17:40



La pierre a tant de destinées possible, l'œil pour la regarder change suivant l'endroit et l'esprit de la rencontre...