La MAISON SUR UNE ILE de VALDY

Publié le par beaudroit_juliette

 

 

-Singulière- 

 

entre deux eaux, 

Adossée à l'estuaire

Ses murs ont la mémoire du sable 

Le temps ôcre son toit

de bouts de soleil volés

pour relever d'atours

le bleu, tout autour

Sur un liseret de sable blanc,

face à l'Océan

s'asseoir sur le muret,

Finalement

contempler

la paresse du couchant

 

Valdy

 

 

Publié dans VALDY

Commenter cet article

sagahan 18/05/2012 22:17


Bonsoir,


poème agréable

Catheau 01/05/2012 17:23


Que j'aime ces "bouts de soleil volés" !

ABC 26/04/2012 17:25


Belle paresse !

Suzâme 26/04/2012 14:05


Je suis assise à côté de toi et nous sommes complices de cette beauté à portée de nos regards. Etre bien sans être trop loin du continent. Le vent repousse son vacarme, sa cacophonie au loin.
Nous ne voulons écouter que le refrain des vagues et le silence émouvant... Improvisation pour toi. Bisous. Suzâme