LE PONT JAPONAIS de CATHEAU

Publié le par juliette b.


Belle évocation

Le pont d’Hiroshige

Errances  dans Gion

Ame du vieux Japon

Pays des samouraïs

Ballet des éventails

Cabinet des estampes

A la clarté des lampes

Succession de jardins

Aux soleils des confins

C’est un ru qui murmure

Que jamais rien ne dure

Paré de nénuphars

De mandarins canards

Ce sont de verts bambous

Sur de luisants cailloux

Et des tortues dédiées

A la longévité

Ce sont de blancs iris

Et de jaunes narcisses

Grues et grèbes s’y posent

Vives métamorphose

Ce sont des paulownias

Aimés de la geisha

Et des arbres aux prunes

Des ombres sous la lune

Ce sont clairs jardins d’eau

Aux herbes en écheveaux

Pluie de feuilles de chênes

Quand le vent se déchaîne

Ce sont carpes dansantes

Dans les eaux miroitantes

Libellules légères

Fuyantes passagères

Cerisiers en fleurs

Aux pétales qui pleurent

Et mon cœur est en peine

Au son du shamisen

C’est un pont japonais

Qu’Hiroshige peignait

Son arc rouge sang

A l’épreuve du Temps

Catheau

ex-libris.over-blog.com

Publié dans Catheau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
<br /> Un magnifique voyage à l'intérieur de notre mémoire...<br /> nathalie D.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Merci de vos commentaires. J'ai beaucoup pensé au grand romancier Kawabata en écrivant ce poème.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Le tracé fin et subtil du pinceau d'un calligraphe sur du papier de riz. Un texte qui fait voyager dans le silence.<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Tout un voyage en pays japonais !<br /> <br /> <br />
Répondre