PAYSAGE APRÈS LA PLUIE de JOCELYNE

Publié le par beaudroit_juliette

Dépouillées

 

Les feuilles étaient tombées

Sur le sol détrempé

Et les branches dénudées

Comme des bras écartés

Remuaient vers le ciel

En prenant leur sommeil

Rouillées ou rouges encore

Les feuilles comme un tapis

Faisaient un lit de mort

En attendant sans bruit

Que l’automne se déplace

Laissant les seins de glace

Prendre toute la place

Et le bois qui craquait

Délivrait ses secrets

Pour ceux qui l’entendaient

Ocres bruns du déclin

Où bruissent toutes les fins

Laisse partir ma main

Comme une branche de chagrin.

 

Jocelyne

 

http://jobougon.wordpress.com/

Commenter cet article

Suzâme 01/10/2012 20:41


Beaucoup de poésie dans ces vers colorés, ces vers si vivants qu'ils traversent mon écran. Suzâme

flipperine 01/10/2012 11:39


un temps d'automne

ABC 30/09/2012 22:31


Les feuilles étaient tombées, cela sens un changement de saison qui s'inscrit tout en mélancolie !

valdy 30/09/2012 21:27


Déjà le bel automne ... j'en perçois l'odeur âcre et toute la variété des bruns par ton poème ,


Valdy